Expositions

Jeudi
03
sep 2020
Dimanche
27
sep 2020
Gauthier Hubert
Il s’agit d’une exposition non pas rétrospective mais plutôt « introspective », selon les termes de l’artiste.

Par un voyage à travers le temps, rassemblant une sélection de peintures à la fois récentes et re-montant jusqu’à une quinzaine d’années, Gauthier Hubert présente les rapports qu’entretiennent certaines œuvres entre elles. Telle une généalogie, au sein même de sa démarche, il regroupe certains travaux qui, a priori, n’ont rien à voir entre eux mais qui, cependant, n’existeraient pas sans la réalisation qu’ils entretiennent les uns avec les autres.

On connait l’importance du choix des titres chez cet artiste qui commence ses peintures en les nommant, en les écrivant, en les pensant et qui les retient sur une liste d’attente bien avant de les réaliser.
Cette attente construit une relation entre beauté, laideur, politique, mensonge et humour qui deviennent les alibis des images et des mots manipulés par Gauthier Hubert.

Des peintures qui, à l’origine, n’entretenaient aucun lien entre elles, retrouveront leurs sources premières par leur mise en relation.
Un travail à voir, à lire et à rire.

Une exposition solo chez Irene Laub, sa galerie, se déroulera en parallèle de son exposition au Botanique.

  • Museum
Jeudi
03
sep 2020
Dimanche
27
sep 2020
yves lecomte
Le travail d’Yves Lecomte (Binche, 1974, vit et travaille à Bruxelles) s'organise notamment autour du plaisir, de l'effacement, du double, du passé et de l'accident. Il matérialise les possibilités et les apories du dédoublement, du reflet, des paradoxes logiques et visuels, des renversements linguistiques et des mises en abyme.

Il assimile les codes de l'esthétique minimale sans jamais tenter d'en reproduire le discours. L'ensemble de son œuvre est empreinte d'une rigueur toute conceptuelle, mais volontairement contaminée, sur un mode humoristique et poétique, par des éléments fortuits.

Pour son exposition au Botanique, Yves Lecomte amènera le spectateur à se poser la question de ce qu’il est en train de voir. Il s’agira de découvrir des œuvres, leurs doubles, leurs représentations, leurs copies, leurs variations, dans un parcours troublant la mémoire, la perception, le temps et l’espace.

  • Galerie
Jeudi
15
oct 2020
Dimanche
15
nov 2020
"Adam", Huile sur toile, 2019
Dans cette seconde partie, Gauthier Hubert, va désarticuler l’accrochage de son exposition « réunions familiales » (un goût de liberté) et en modifier le sens en retirant tout ce qui n’est pas lié à la figure humaine.

Dans l’exposition « ...fils de... » (Les retrouvailles), l’artiste glissera de nouveaux portraits qui compléteront les visages déjà présents lors de la première partie de son exposition.
Au travers de cette galerie de portraits, Gauthier Hubert nous propose une toute autre histoire, une toute autre généalogie, mais encore et toujours une réunion familiale.

Cette modification à l’intérieure même de sa propre exposition rejoint le schéma du contenu de son livre « viral » publié par La Lettre Volée à l’occasion de son exposition au Botanique. Une démarche entamée en 2005 dans le cadre de virus, son exposition au Ruimte Morguen à Anvers.

  • Museum