Vous êtes ici

Même si elle a été élevée dans le Bronx et que ses racines sont portoricaines, c’est bien dans le patrimoine de la Nouvelle-Orléans que le groupe d’Alynda Lee puise sa sève, sorte de folk-blues rehaussé d’americana auquel elle ajoute sa voix splendide. L’instrumentation fait bien sûr la part belle à la guitare acoustique, à la pédale steel et aux batteries caressées à la brosse. Mais sur son dernier album «The Navigator», cette infatigable voyageuse ajoute également des cordes à la morgue pénétrante, dans une tentative de renouer avec ses racines et de les célébrer sans tomber dans la nostalgie stérile. Dotée d’une «âme vagabonde», Alynda Lee envoûte son public et réussit une invitation au voyage qui dépasse les frontières stylistiques, mêlant avec brio la base du folk-blues avec de nouveaux motifs venus du son montuno et de la plena, deux genres musicaux qui jalonnent l’héritage musical portoricain. Une expérience qui se veut avant tout humaine, à la fois respectueuse et novatrice, mais surtout source de renouvellement personnel. 

Hurray For The Riff Raff - The Navigator (Official Video)

Hurray for the Riff Raff - St. Roch Blues

Hurray for the Riff Raff on Feminism, Gentrification, Gender Violence & Art in Era of Trump