Vous êtes ici

Une apostille est généralement une note, un commentaire qu’on écrit en marge d’un texte. Information superflue pour tenter de comprendre les motivations musicales de Michael Kasparis ? Peut-être pas. Au-delà de son ADN polymorphe, ce jeune écossais d’origine zélando-chypriote tente de résoudre ses propres contradictions en repoussant les limites du format synth-pop. Avec un chant tour à tour étouffé, exalté ou murmuré, Kasparis dialogue avec les machines électroniques pour livrer une cold-wave très personnelle, entre le radicalisme de Throbbing Gristle et le charme mélancolique de Joy Division. Son premier album autoproduit, «Powerless», est sorti en 2015.

APOSTILLE - "Wrong"